Biosoma

 

AirSain Logo

 

Accueil | Qui sommes-nous ? | Contacts | Liens

Google Translation

Les Eaux Minérales (page 3/4)

La pureté des eaux minérales

Sont-elles à l'abri de toute pollution ?

La pureté est une qualité essentielle pour les eaux minérales.

De par leur origine profonde et la température élevée à ces profondeurs, les eaux minérales sont à l'abri de la pollution.
Les risques existent en surface, dans les zones d'émergences qui sont souvent localisées en fond de vallée.
Le griffon* est situé sur une fracture et recouvert par des sédiments récents pouvant contenir une nappe phréatique alimentée par la pluie ou par les rivières. Par suite, l'eau captée peut être un mélange difficile à protéger.
L'eau minérale est captée en profondeur par forage, chaque fois que c'est possible, afin d'éviter la pollution de surface et les mélanges superficiels.
La notion de gîte hydrothermal, qui est l'aire où l'eau minérale présente toutes ses caractéristiques, permet de multiplier les points de captage et d'accroître les volumes prélevés. Les teneurs en nitrates sont faibles à nulles, toujours bien inférieures de la limite de 50 mg/l (15 mg/l pour les jeunes enfants).
Les grandes sources protègent leur environnement en définissant un vaste périmètre de protection en concertation avec les institutions locales et régionales.

Une fois captée, l'eau minérale conserve-t-elle ses propriétés ?

La mise en bouteille doit se faire sur le lieu du captage et dans les conditions d'émergence. Mais comme pour le lait ou le vin, toute manipulation altère le produit.
Les grandes marques fabriquent les bouteilles sur place, en verre comme en plastique. On préfère souffler et dépoussiérer les bouteilles, plutôt que de les laver. Le remplissage se fait à l'abri de l'air.


La qualité d'une eau minérale se retrouve-t-elle chez le consommateur ?

Comme pour toute denrée alimentaire, il faut respecter des règles, en évitant de secouer le produit, de cogner les emballages qui se fissurent et deviennent perméables, en conservant les bouteilles à l'abri de la lumière, de la chaleur, du soleil, en ne mettant pas les flacons dans le coffre ni sur la plage arrière de la voiture.
Les eaux doivent être stockées dans un endroit propre, sec et frais, loin de toute odeur. Eviter la congélation qui fragilise le PVC et déforme les bouchons favorisants des fuites et des entrées microbiennes
.

La bouteille une fois ouverte, conserver l'eau dans le réfrigérateur et la boire dans les 48 heures. Ne pas boire au goulot et refermer la bouteille.
Il faut éviter de faire bouillir une eau minérale, qui se dénature, perd ses qualités avec concentration des éléments indésirables.

L'eau du robinet et les "eaux de source" doivent s'astreindre impérativement aux normes de potabilité indiquées par le décret.
Les "eaux de source" embouteillées peuvent être bues sans restriction d' une façon permanente.

Les eaux minérales à boire avec discernement :
La législation des eaux minérales ne répond pas aux normes de potabilité des eaux destinées à la consommation permanente des humains (c.f références officielles en bas de page 4).
Si l'on applique les directives du décret aux eaux minérales, à quelques exceptions près, ces eaux ne sont pas destinées à une consommation permanente.
L'abus de ces eaux peut être dangereux pour la santé.

Citons quelques eaux connues, qui répondent aux normes du décret et qui peuvent êtres bues d'une façon permanente : Aix, Alet, Evian, Luchon, Mont Roucous, Perrier, Salvetat, Thonon, Valvert, Volvic (Perrier et Salvetat ont toutefois un pH trop faible).
Ces eaux font essentiellement partie du grand groupe des eaux minérales bicarbonatées calciques faiblement minéralisées et dont le rôle est "d'éliminer les toxines de l' organisme". Ce sont des eaux très proches des eaux de source et du robinet.

Que risque-t-on si on boit régulièrement, d'une façon permanente certaines eaux minérales ?

Peu d'eaux minérales sont de potabilité permanente. Leur consommation devrait être faite en connaissance de cause, après lecture des étiquettes ou renseignement près d'un pharmacien ou d un médecin.

Donnons quelques exemples d' effets indésirables :

D'une façon générale, les eaux minérales sont... trop minéralisées !

Il sera hautement déconseillé de faire boire de façon courante Vichy Célestins (3.378 mg/l) ou St-Yorre (4.647 mg/l) à un bébé, immature sur un plan digestif (spasme) et rénal. Comme tout produit ayant des propriétés thérapeutiques, les eaux minérales peuvent avoir une contre-indication.

Est-il conseillé de varier les marques des eaux minérales ?

C'est un moindre mal, à condition de changer de type d' eau.
Un amateur d'eau gazeuse risque de ne boire que des eaux bicarbonatées sodiques fortement minéralisées et riches en sodium.
Mêmes inconvénients pour les buveurs recherchant les eaux "goûteuses" car salées (Arvie, Badois, Quézac, St Yorre, Vichy Célestins, Vals...).
De toute façon, les eaux minérales qui ne respectent pas les normes de potabilité permanente, ne devraient pas être consommées régulièrement, même en alternance de marques.

Comment lire l' étiquette d' une bouteille d' eau minérale ?

Comme il n'existe pas de normes maximales de potabilité pour les eaux minérales, la lecture d'une étiquette est du domaine des initiés.
Certaines bouteilles révèlent des indications d'usage, mais rarement des contre-indications.
L'analyse physico-chimique de l'eau permet de connaître les concentrations des éléments majeurs :
- La salinité de l'eau est indiquée par le résidu sec (RS) ou la teneur totale en sels, ou la minéralisation totale, ou l'extrait sec, indiqués en mg/litre. Eviter la boisson si plus de 1 500 mg/l.
- La teneur en sels peut s'exprimer avec la résistivité. Choisir une eau dont la résistivité est supérieure à 1 500 ohms/cm.
- Le pH permet de savoir si l'eau est acide, agressive (pHÝ7). Rester dans la fourchette 6,5 à 9.

   Eviter les eaux dont la teneur en :

Pour une cure organisée dans un centre thermal, ces valeurs peuvent être dépassées. Mais pour une consommation permanente, elles sont déjà élevées.

Sur l'étiquette, vérifier les dates de conservation, lire les recommandations d'utilisation en particulier pour les nourrissons ou pour les régimes sans sel.

 

Retour vers page "Eaux minérales" 2/4 - Vers page "Eaux minérales" 4/4