Biosoma

 

AirSain Logo

 

Accueil | Qui sommes-nous ? | Contacts | Liens

Google Translation

Les Eaux Minérales (page 4/4)

Le BOOM des eaux minérales

Comment peut-on expliquer le formidable engouement pour les eaux minérales ?

Par l'incroyable adaptation d'un produit médicinal, à usage limité, qui se retrouve comme produit de consommation de masse.
Les eaux embouteillées envahissent les rayons des grandes surfaces après une antériorité glorieuse durant laquelle, les Grands de ce monde "allaient aux eaux" et fréquentaient les stations de cure.
La publicité massive, joue sur le Naturel d'un produit non traité, non pollué, sur les bulles du champagne des eaux de tables, le calcium qui fortifie, sur la taille fine, le dynamisme, le fluor qui donne de belles dents, le magnésium qui déconstipe.
Inutile d'aller à Evian, Vichy, Vittel... on peut faire sa petite cure chez soi, en passant par le supermarché.
Les étiquettes (et la publicité) mettent en avant les éléments chocs mais relativisent le côté médical : l'eau minérale n'est plus un remède, elle est banalisée.
On peut la vendre à tout le monde, sans retenue, sans précaution ni avertissement affiché. Si vous voulez être informé sur le produit, essayez de traduire l'étiquette !
L'eau minérale ne se vend plus en pharmacie depuis 1950 sauf l'Hydroxydase. Les médecins ne les prescrivent plus sauf en cure.
L'eau minérale dénature le palais avec sa minéralisation excessive, l'eau de source ou du robinet, sans saveur, est devenue "plate", fade et pour peu qu'elle ait des relents de chlore, elle n'est pas "bonne".

Quel est l'enjeu économique des eaux minérales ?

La France produit 5, 5 milliards de litres d'eaux minérales par an, (valeur 1998) contre 30 millions en 1938 (nous sommes à environ 10 milliards de litre en 2006).

Les Français buvaient 27 litres/an/habitant en 1963, mais près de 100 litres/an actuellement (un peu moins que les Allemands et les Italiens). Le thermalisme se pratique dans une centaine d'établissements avec 550 000 curistes et un chiffre d'affaires de 7 milliards de francs.
Les eaux sont embouteillées dans 49 usines et représentent une valeur de 2 milliards d'euros (environ).
L'enjeu économique pour un produit donné par la Nature, qu'il est interdit de traiter, aiguise les appétits des Grandes Sociétés : Danone prend la plus grande part du gâteau (Evian, Badoit, Arvie, Hépar, Salvetat, Talians, Volvic...), Nestlé se contente de Perrier, Contrex et Vittel, et Castel garde Vichy et St-Yorre (Le jeu des ventes ou des regroupements d'entreprises peut modifier cette répartition).
La France exporte 25 % de la production d'eaux minérales.

En conclusion, quels conseils pour les buveurs d'eau ?

Les eaux minérales ont des vertus thérapeutiques indéniables, leur usage aurait dû rester sur avis et sous surveillance médicale comme cela se pratique en cure dans les stations thermales.
Pour la consommation permanente d'eau qui répond aux besoins humains, utilisons en toute simplicité, l'eau du robinet.

Il est possible de recourir à une filtration par :

"osmose inverse"ou"microfiltration" lorsque les conditions qualitatives de l'eau du réseau ne semblent pas correspondre aux attentes du consommateur .

Si elle a un goût de chlore, buvons la fraîche entre 10° et 16° (jamais à plus de 20°).
Suivant où l'on habite, on peut avoir 1 000 l d'eau du robinet pour le prix d'un pack de 6 bouteilles d'eau minérale.
On peut se rabattre sur " l'eau de source " qui coûte 2 à 4 fois moins cher que l'eau minérale.
Mais rien n'empêche de jouir des vertus des eaux minérales, en sachant les choisir parmi celles qui sont de potabilité permanente.
Les écarts sont permis, mais à consommer avec modération !

 

 

GLOSSAIRE :

Appétence * : qui éveille l'appétit, le désir.
Détoxicant * : élimine les substances toxiques, supprime les effets nocifs.
Evaporites * : roches provenant de la concentration des minéraux consécutive à l'évaporation.
Griffon * : point où l'eau sort du sol.
Magma * : couche profonde de la terre où les pressions et les températures élevées provoquent la fusion des roches.
Météorique * : eau d'origine atmosphérique (pluie-neige).
Oligo-élément * : élément chimique présent en très faible quantité.

Article de Maurice Engalenc Ingénieur hydrologue

REFERENCES OFFICIELLES
Les limites de qualité des eaux destinées à la consommation humaine, sont précisées par décret n° 89-3 du 03.01.1989 modifié.
Il traduit en droit national, les directives européennes des 16 juin et 15 juillet 1980 (n°80-778).
Une nouvelle directive communautaire 98/83/CE du Conseil du 03.11.1998 (Journal Officiel des C.E du 05.12.1998) doit être transposée en droit interne dans un délai de deux ans. Elle n' est pas encore en usage en France.

 

 

Retour vers page "Eaux minérales" 3/4