Biosoma

 

AirSain Logo

 

Accueil | Qui sommes-nous ? | Contacts | Liens

Google Translation

La Passion des produits et énergies naturels pour l'habitat

Technologie DILEKA

Un générateur d'électrons,
d'ondes élastiques et d'ondes infra-rouges
pour le traitement des eaux :
domestiques, agricoles et industrielles

Par le Docteur Hervé JANECEK, vétérinaire

Le premier des aliments, qui est notre eau de boisson, de formule en apparence simple, révèle en fait une  biologie très compliquée : l'eau, c'est la molécule H20 certes, mais c'est avant tout un réseau moléculaire en perpétuel remaniement , regroupé en micro-associations ( les clusters ) de 3, 4, 5 ou 6 unités, voire plus dans certaines circonstances ; plus la molécule d'eau renforce son caractère polaire ( un critère éminemment physique avec un déséquilibre des charges - et + entre l'atome O et les 2 atomes H ), plus elle devient solvante et hydratante pour les différents substrats qu'elle rencontre ( membranes, protéines, comme les enzymes, les pigments ) ; plus elle se montre capable de liaisons furtives ( plusieurs milliards de fois par seconde ! ) avec les autres molécules d'eau environnantes. Mais l'eau d'aujourd'hui, délivrée au robinet de chaque foyer, a perdu ses caractéristiques physiques originelles, car les biologistes contemporains négligent l'aspect physique des molécules et ont cru tout simplement que pour l'eau… il n'était pas important ! l'eau du robinet est ainsi une eau typique d'une situation de stagnation, conduite puis maintenue dans les canalisations sous pression avec des clusters géants de 60 à 80 molécules, et qui enfin, est adjuvée de nombreux oxydants pour en détruire les bactéries par voie chimique ! une telle eau pourtant déclarée potable, car à peu près stérile et de composition « normalisée », n'est que peu attractive : elle a mauvais goût du fait de la chimie adjuvante qui lui est imposée, les animaux la refusent spontanément, sauf pour ne pas mourir de soif. La combinaison du chlore et de la matière organique rencontrée dans les canalisations crée des composés cancérogènes à long terme, les trihalométhanes, à propos desquels personne ne communique vraiment, de peur d'effrayer les 70% de la population qui consomment tous les jours une telle eau (1). Cette eau lourde à digérer et difficile à assimiler ne permet pas l'absorption idéale des 30 ml/kg/jour que chacun devrait boire quotidiennement : si les molécules d'eau se présentent en effet devant les membranes cellulaires, sous la forme de clusters cycliques de 70 molécules, alors c'est le corps qui devra fournir l'énergie pour réduire ces complexes moléculaires à quelques unités seulement ; l'eau des rivières de montagne est quant à elle spontanément plus assimilable et bien plus légère : son énergie – c'est-à-dire son caractère polaire et sa capacité à créer des liens avec les molécules d'eau environnantes est bien plus élevée ( dans un rapport de 1 à 1000 ); sa composition chimique est pure certes, mais c'est sa structure physique en clusters polarisés de petite taille et sa forte polarité qui font sa force et son intérêt, de même sa richesse en électrons au contact de la terre, à l'inverse de l'oxydation forcée des eaux de stagnation. L'eau de montagne acquiert cette vitalité de par la violente dynamisation mécanique en vortex qu'elle subit dans le cours de la rivière, de par l'irradiation des roches traversées, et de par l'ionisation ( en particulier négative ) intense que l'on constate ( électrons, ion hydrogène négatif ). Or s'il est impossible de ne pas traiter, désinfecter puis stocker l'eau avant de la délivrer au robinet de chaque maison ou de chaque appartement dans les villes, on peut toutefois lui restaurer au mieux ses qualités physiques avant qu'elle ne soit bue, de façon à ce qu'elle soit assimilée dans les meilleures conditions par le corps et la cellule. Il existe de nombreux procédés physiques dont les promoteurs affirment restaurer la physique originelle perdue de l'eau ; parmi ces techniques, nous avons retenu et nous travaillons depuis trois ans avec un appareil japonais de traitement de l'eau, dénommé DILEKA .

Ce système possède plusieurs atouts, liés à son architecture et à sa composition originale :

DILEKA est un tube de 37 à 77 cm selon les modèles, de section intérieure de 32 à 65 mm. Il est compartimenté à l'intérieur par un ensemble de logettes dont la composition est une céramique particulière, formée à base de poudres extrêmement fines ( nano-particules ) de minéraux et de végétaux. Ces céramiques émettent des rayons infra-rouges longs, nés de la conversion partielle des rayons cosmiques, qui traversent tous les corps, en rayonnement bio-compatible ; ainsi d'une part, les compartiments à céramiques impriment à l'eau qui passe un mouvement de vortex, et d'autre part, dans le même temps, ils irradient l'eau par ces rayons infra-rouges. L'appareil est placé à l'entrée de la maison après le compteur : l'eau qui juste avant l'appareil était conduite en ligne droite, se trouve brutalement poussée et dynamisée par les obstacles rencontrés, comme dans un torrent de montagne ; il s'ensuit la création d'ondes élastiques le long des canalisations après DILEKA, des ondes qui sont mesurables, et qui entretiennent l'eau dans un mouvement permanent. Ces mouve-ments ajoutés aux infra-rouges permettent une ionisation importante de l'eau, dont la partie positive est absorbée par une prise de terre branchée sur le corps en inox de l'appareil. L'eau qui en sort voit donc sa charge négative augmenter.

Un groupe de scientifiques pour l'étude de l'eau s'est constitué au Japon, qui étudie désormais ce « mystérieux liquide » également dans sa dimension physique ; les analyses du potentiel anti-oxydant de l'eau DILEKA ont été réalisées par le laboratoire des SCIENCES de L'EAU de Osaka ; le dosage des ions par la JAPAN ION ASSOCIATION, les tests bactériologiques, avant & après DILEKA, ont été l'œuvre du Laboratoire biologique ETO de Tokyo. Enfin, l'étude des infra-rouges émis par les céramiques DILEKA a été confiée au laboratoire spécialisé sur les infra-rouges longs de Osaka.

L'eau DILEKA, c'est donc une eau dont la Physique originelle a été restaurée, une eau aussi proche que possible de l'eau vivante des montagnes, avec une composition riche en micro-clusters de molécules H2O, une ionisation négative forte et un mouvement permanent entretenu jusqu'au robinet où elle est délivrée.

Pour ce qui est de l'eau de boisson, afin d'éliminer d'éventuels métaux lourds, un excès de chlore ou bien des pesticides agricoles, il peut être utile d'ajouter un filtre sur le robinet où elle sera prélevée, filtre à charbon simple ou bien osmoseur, suivant la pollution, la dureté de l'eau et par ailleurs, le souci de qualité du consommateur.

L'appareil DILEKA est capable de traiter de grosses quantités d'eau, de quelques dizaines de litres par minute pour les besoins d'une maison où vivent six personnes par exemple, à plus d'un mètre cube par minute, pour les besoins de l'agriculture, de l'industrie ou encore de certains immeubles où vivent des collectivités nombreuses.

Au Japon où l'appareil DILEKA existe depuis maintenant plus de 20 années, ce sont tout d'abord les industriels qui ont adopté cette technique simple et écologique, pour le contrôle des bactéries Légionella dans les tours d'aéro-réfrigération. Toutes les analyses montrent en effet qu'il ne faut pas plus de 20 heures pour une diminution nette et durable des Légionella dans l'eau  ( de 2000 UFC à moins de 100 UFC/ litre ); l'eau DILEKA ne permet plus leur développement aux températures où d'ordinaire elles prolifèrent dans les eaux stagnantes. Plus de 2500 entreprises japonaises ont été équipées et beaucoup d'entre elles sont des compagnies leaders : Le n°1 de l'acier, NIPPON STEEL, et de nombreux autres intervenants de ce secteur ( n°3 KOBE STEEL ) sont équipés sur plusieurs sites par des appareils DILEKA. Il en est de même dans le monde de la pêche ( n°1 TOYO SUISAN), de la grande distribution (n°1 KYUSHU JASCO), de l'industrie de transformation des produits laitiers ( n°1 YIKIJIRUSHI MILK ), de centres de biotechnologies ( JAPAN AGRICULTURE COOPERA-TIVE ), de centaines d'entrepôts de réfrigération, etc… Concernant l'eau chaude sanitaire, c'est-à-dire au contact de l'Homme, pour la lutte anti-Légionella, mais aussi parce que l'eau produite est douce et spontanément nettoyante, DILEKA équipe désormais de nombreux hôtels ( YINFENG à Shanghai, HEISEI à Tokyo ), des sièges sociaux d'importantes sociétés dans tout le Japon, des universités ( JUNSHIN UNIVERSITY ), des banques ( OKAWA CREDIT BANK ), de nombreux hôpitaux ( clinique orthopédique SUSUKI ) et aussi des maisons de retraite ( NAKAYOSHI GROUP HOME, MODESTIA MITO équipées du plus gros modèle JUMBO DILEKA).

Les bains et le thermalisme sont une longue tradition sur cette île volcanique : DILEKA a ainsi été installé sur de très nombreuses sources chaudes ( onsens ) – OMURA onsen, ONIGAWA onsen, etc… toujours dans le souci de contrôler écologiquement les Légionella, mais aussi d'apporter un confort inégalé au baigneur, en permettant par ailleurs la réduction importante ( - 40% et plus ) des produits antibactériens et anti-algues classiquement utilisés.

L'eau DILEKA dynamisée et réduite par les ions négatifs et les électrons favorise la croissance des bactéries de fermentation, mais elle empêche la prolifération des bactéries de putréfaction et des moisissures.

Dans l'environnement, à son contact répété, les canalisations se nettoient, et même les plans d'eau progressivement retrouvent un état de respiration originel : le canal-rivière de la ville d'OTARU a ainsi été purifié de ses boues de putréfaction avec odeurs, insectes et algues, en quelques semaines, par la combinaison d'une synergie de bactéries de fermentation et d'eau traitée par DILEKA ( une autre expérience est en cours à Kyoto, après échec du traitement d'un lac par la musico-thérapie de Masaru Emoto).

Dans l'industrie de transformation des aliments, la fabrication de la bière, des yaourts, du pain et des gâteaux ( YAMASAKI BREAD ), sont optimisées la fabrication du saké qui nécessite aussi un processus de fermentation, ou bien encore celle du miso ( Société HORAIYA ), sont aussi facilitées ; et les produits obtenus sont les leaders du marché dans leur secteur.

Toujours pour l'utilisation industrielle de l'eau DILEKA, ses qualités de mouillabilité ( baisse de la tension superficielle ) et son fort pouvoir solvant ont intéressé des entreprises comme la chaîne de restaurants SKYLARK ( 400 établissements ), qui économise ainsi une part importante de sa facture annuelle de produits détergents, les laboratoires SANSUI CHEMICALS, qui ont monté des DILEKA sur leurs réseaux d'eau, les blanchisseries industrielles ( au Japon à OMIYA et au Canada ), mais aussi le groupe TOYOTA et sa filiale DAIHATSU, qui utilise DILEKA pour le nettoyage des ateliers et le lavage des voitures après usinage.

Cette eau vivante est aussi largement utilisée dans le domaine, où les cycles de Vie sont courts et facilement observables, c'est-à-dire en Agriculture et en Elevage : dans ce secteur, l'eau DILEKA à elle seule apporte une véritable Révolution : elle augmente la vitesse de germination des graines et elle multiplie le système racinaire des plantes par deux, voire trois, par rapport à un une eau normale.

Comme corollaire, le rendement foliaire est augmenté, la floraison plus précoce ( maraîchage , horticulture), la facture des engrais et des pesticides est fortement diminuée. Ainsi au Japon ,l'ensemble des coopératives agricoles en synergie avec l'agence départementale de Shizuoka, ont mis sur pied un programme de culture de fraises ( hydroponiques ou de plein champ ) incluant l'eau DILEKA : les résultats sont extraordinaires avec des fruits énormes, dont les rendements, le goût, la fermeté et la durée de conservation sont très augmentés. Les mêmes résultats ont été observés avec des melons en serre, des mandarines, du riz, des oignons, des radis en hydroponique, des champignons, de la vigne ou du soja noir ! le n°1 de la tomate ( jus, ketchup, conserves ), la SA KAGOME, après plusieurs tests de qualité(texture, goût), demande désor-mais à tous ses fournisseurs de n'utiliser que de l'eau DILEKA pour leurs cultures hydroponiques de tomates : en France depuis plus d'un an, plusieurs dizaines d'agriculteurs , d'horticulteurs et de maraîchers, ont confirmé ces observations. Le secteur de l'élevage requiert bien sûr aussi beaucoup d'eau, tant pour le nettoyage des bâtiments, que pour les performances des animaux en termes de production : il est ainsi établi qu'avec une eau DILEKA, les animaux ont tendance à boire plus, ce qui majore directement tout d'abord chez la vache la production du lait, dont le taux de cellules ( critère majeur de qualité ) est par ailleurs très abaissé ; le pouvoir anti-oxydant de l'eau DILEKA se mesure aussi sur la chimie du contenu intestinal des porcs, qui génère moins d'odeurs et de nitrates. Les éleveurs français et allemands en témoignent également , eux qui utilisent l'eau DILEKA dans le cadre d'un programme d'élevage, qui allie la nutrition, les façons culturales, la prise de catalyseurs par des complexes d'algues et de plantes, et enfin l'eau DILEKA ( concept VERTAL de AVI SERVICE (2) voir témoignages).

Témoignages d'agriculteurs

Production laitière :
« Le concept VERTAL se traduit par un très bon état sanitaire du troupeau : en 10 jours après installation de DILEKA, j'ai constaté une forte diminution du taux de leucocytes de 300 000 à 200 000 cellules, ce qui entraîne une diminution des frais vétérinaires et une revalorisation de mon litre de lait. »

Production avicole :
« Mes lots de dinde ont une bonne santé et une bonne croissance et mes frais vétérinaires sont abaissés ; la posologie des traitements utilisés est diminuée de 40% avec la même efficacité. L'eau DILEKA a permis une vidange des canalisations dans les bâtiments d'élevage. »

Production porcine :
« Le concept VERTAL avec l'appareil DILEKA nous a permis de résoudre des problèmes sanitaires chroniques, tels que les diarrhées sur les porcelets, la gale sur les truies et donc d'améliorer les performances technico-économiques ( indice de consommation, taux de perte, nombre de porcelet sevré par truie). »

L'eau DILEKA apporte son énergie intrinsèque jusqu'aux chevaux de course, des animaux stressés, suroxydés , pour lesquels un bon drainage des reins et de la peau est vital : la surface d'échange d'une eau à micro-clusters ( et de plus réduite, donc anti-oxydante ) étant multipliée par 300 par rapport à une eau normale, les chevaux aussi résolvent des problèmes de santé chroniques ( respiratoires, cutanées et reproductifs ) et majorent leurs performances. La NIHON KEIBA KEI, principale société de course au Japon, recommande désormais à ses adhérents d'utiliser l'eau DILEKA pour abreuver leurs champions ! …

Et l'Homme après tout cela ? Curieusement, c'est après plusieurs années seulement que la technologie DILEKA a été adaptée pour un usage domestique, longtemps après les applications industrielles et agricoles : pourtant, une eau de boisson garante de bonne Santé était nécessaire, mais la prise de conscience du pouvoir quasi-médicinal d'une eau de qualité n'était pas encore passée dans les mœurs : les consommateurs japonais depuis quatre années maintenant et les européens depuis plus d'un an disposent d'un appareil DILEKA de taille réduite : ainsi toutes les propriétés d'une eau physiquement retrouvée, anti-oxydante et riche en micro-clusters se retrouvent au domicile de chacun : consommation diminuée de 50% des détergents, lessives, savons ou shampoings ; entretien des surfaces facilité ; cuisson des aliments plus rapide, goût des plats cuisinés plus prononcé, effets d'un régime diététique majorés, diminution voire disparition même des taches brunes sur la peau, qui est un signe d'oxydation interne ; bref, des animaux familiers aux poissons rouges, en passant par les plantes vertes, les fleurs coupées et pour finir, le propriétaire ou le locataire de la maison ou de l'appartement, l'eau DILEKA apporte tout simplement la révolution interne d'une vitalité retrouvée ; l'eau des Hounzas, ce peuple himalayen à la longévité record, n'est-elle pas de même nature, dynamisée par le mouvement perpétuel des torrents de montagne, riche en électrons, en hydrogène négatif et de composition ultra-pure ? ( NB : DILEKA ne change pas la composition chimique de l'eau, sinon par réduction ; pour une pureté idéale il faut en plus un osmoseur).

Si l'eau ne résout rien par elle-même, elle permet tout, si elle est proche de sa chimie et de sa physique originelles ou au contraire, elle entrave les échanges cellulaires et absorbe à long terme l'énergie de celui qui la boit, quand elle est immobile et/ou oxydée.

Au Japon, le n°1 de la construction de maisons particulières ( SEKISUI HOUSE 100 000 unités par an ) propose désormais à ses clients l'installation en option d'un appareil DILEKA 5030, comme investissement à long terme ( NDLR : 2180 € HT ) pour l'entretien du réseau des canalisations de la maison ( anti-corrosion ) et comme générateur d'une eau de boisson-santé, un concept déjà très apprécié.

Témoignage d'Alain- 48 ans

L'eau DILEKA est douce, facile à boire et on en a envie !

J'ai perdu du poids sans changer mon alimentation ; je n'ai plus eu besoin cette année de cures préventives de magnésium, et ce sans fatigue supplémentaire ; mes varices sont moins prononcées et cet été s'est passé sans douleur. A la maison, on utilise beaucoup moins de détergents, les dépôts de calcaire ont quasiment disparu des robinets et des wc.

Les légumes de mon potager sont transformés, plus verts brillants, plus croquants, de goût plus naturel ; ils se conservent aussi bien plus longtemps. L'eau DILEKA ressemble à une pluie de vitamines !

Dans l'industrie du bâtiment, DILEKA a un grand intérêt aussi dans les réseaux de chauffage, dont il garantit la longévité et améliore l'efficacité : l'eau DILEKA monte plus vite en température et par ailleurs, elle diminue les dépôts calcaires et la corrosion ; ainsi des économies d'énergie sont-elles faites sur la facture annuelle du chauffage ( -10 à -15% environ ) et sur les temps de maintenance du réseau ( une chaudière propre a une longévité plus élevée et un temps d'entretien plus court ). Un programme de recherches et d'essais avec DILEKA est actuellement en cours en France et en Belgique au sein de deux grands groupes industriels afin d' optimiser les réseaux de chauffage chez le particulier ou dans le secteur tertiaire et industriel, et dans le même temps lutter efficacement et écologiquement contre les bactéries Légionella.

Tels sont les avantages très concrets et très pratiques – tous secteurs confondus - à attendre d'une Physique de l'eau retrouvée ! L'eau, liquide universel, notre premier aliment et notre premier constituant, mérite un infini respect tant à l'extérieur, dans l'environnement, qu'à l'intérieur de notre corps et de nos cellules.

Depuis 20 ans, tant en Europe qu'au Japon, des chercheurs encore rares ont été les pionniers d'une technologie qui privilégie la Physique de l'eau plutôt que son contenu chimique ; Mr TAMURA, l'architecte japonais inventeur du concept et des céramiques DILEKA, travaille inlassablement dans ce domaine, pour un monde plus propre et plus écologique ; une partie des dividendes de sa société au Japon est d'ailleurs reversée à la Fondation pour la protection d'une Terre Verte, dirigée par un ancien Ministre de la Santé, Mr OISHI, qui s'occupe du traitement de l'eau et de la reforestation dans les pays dits émergents.

Dans les pays du Sud de l'Europe, menacés par des sécheresses récurrentes, qui sait si bientôt, il ne sera pas nécessaire de recourir au dessalement de l'eau de mer par osmose inverse, afin de fournir cet or bleu aux populations du XXIè siècle ( et à leurs cultures )? Nous serons alors obligés de restaurer la Physique de l'eau perdue dans ces opérations de traitement et de potabilisation, afin qu'elle retrouve sa bio-compatibilité ; la technique DILEKA (3), capable de recréer chez le particulier et/ou chez l'agriculteur une eau aussi proche que possible de sa nature originelle, sera alors encore plus indispensable …

Docteur Hervé JANECEK, vétérinaire